Collectif national pour les droits des femmes

Femmes sans frontières

Tribunal de Bobigny le 12 décembre

Kadidja jugée pour "délit de solidarité"

Pour opposition à une expulsion de sans-papier

vendredi 23 novembre 2007

Plus d’un an après les faits et après plusieurs mois sans nouvelles, la machine à réprimer et à isoler s’est manifestée, Kadidja est convoquée le 12 décembre prochain au tribunal de Bobigny.

Kadidja, habitante de Saint Denis et militante de l’association de chômeurs et précaires Apeis, risque jusqu’à 5 ans de prison et 18 000 euros d’amende ! Son crime ? Le délit de solidarité ! Le 29 novembre 2006, à l’aéroport de Roissy, Kadidja prend un avion pour Bamako (Mali) pour retrouver sa famille paternelle. Alertée à l’enregistrement par des jeunes du syndicat Sud Etudiant de l’expulsion imminente d’un jeune sans-papiers, elle prend l’initiative de s’opposer à cette expulsion : elle récupère un paquet de tracts et part discuter en salle d’embarquement avec les autres passagers A peine à bord, elle demande à parler avec le commandant de bord pour lui signifier son refus de voyager avec un expulsé, quel qu’il soit. Le commandant ne se manifestant pas durant un long moment malgré les demandes répétées de Kadidja auprès du personnel navigant, celle-ci invite les passagers volontaires à ne pas attacher leur ceinture et un nombre important de passagers soutient cette action de solidarité. Le commandant arrive finalement et refuse la requête de Kadidja relayée par les autres passagers et entreprend même de faire débarquer Kadidja.

La police intervient, menace le sans-papiers de 3 mois de prison s’il était débarqué : sous cette pression, il accepte finalement de rester dans l’avion. La police relève l’identité de Kadidja qui s’envole tout de même pour Bamako grâce ici aussi au soutien des autres passagers. A son retour du Mali, le 24 décembre, la police des frontières interpelle Kadidja qui se voit accusée d’avoir « entravé volontairement la circulation d’un aéronef ». L’action de Kadidja est un acte juste : elle n’a fait qu’exercer son droit à la liberté d’opinion et d’expression pour la défense du droit universel.

Procès le 12 décembre à 9 heures, Chambre 11 au tribunal de Bobigny.