Collectif national pour les droits des femmes

Familles ou pas ?

Communiqué

Plan "Petite enfance" : zéro pointé !

mercredi 8 novembre 2006

Le ministre de la Famille, M. Philippe Bas, est grand seigneur à quelques mois des élections. Beaucoup de bruit autour de deux annonces phares que nous refusons d’applaudir.

Congé maternité : Cette promesse semble aller dans le sens de la liberté individuelle tant prônée de nos jours : les femmes enceintes seront libres de reporter deux ou trois semaines de leur congé prénatal à la période postnatale. Vu l’angoisse qu’elles ont pour la période suivant leur accouchement, vu leur culpabilisation au moment de la reprise du travail, certaines utiliseront cette possibilité de report… quitte à prendre des risques pour leur santé et celle de leur bébé à la fin de leur grossesse.
Qui en profitera le plus ? Les patrons qui pourront exercer des pressions pour que les femmes restent jusqu’à la dernière minute. Le gouvernement qui aura moins de places de crèches à fournir, et qui espère faire revenir les femmes au foyer pour faire baisser la courbe du chômage artificiellement.
Nous refusons cette mesure. Elle est dangereuse. Quel recul pour le congé maternité, pour le droit des femmes en ce XXI ème siècle !
La mesure souhaitable eût été - sans toucher au congé prénatal- l’allongement de deux semaines du congé postnatal, pour les femmes qui le souhaiteraient, avec la possibilité pour les pères de le prendre aussi.

.
Les crèches ? Le ministre annonce la création de 40.000 places de crèches sur 5 ans. Il sait l’attente des jeunes parents dans ce domaine …
Sur quel budget ? Aucune annonce sur la question. On sait que le budget de la CNAF doit être revu à la baisse, et ceux des municipalités ou départements sont exsangues. Aucune création de postes ! Déjà aujourd’hui des crèches collectives ne peuvent fonctionner à cause de cette pénurie en personnel qualifié. Entre 2000 et 2004, l’accueil en crèches a reculé de 3000 places, seule la formule « multi-accueil » a progressé.
Le nombre est ridicule au regard des besoins.
Sur 2, 3 millions enfants de moins de 3 ans, environ 500.000 ont des modes de garde non identifiés. Fin 2004, seulement 1,1 million sont couverts par une prestation de garde ou un congé parental.
Les besoins sont énormes. Il manque en réalité environ un million de places en crèches. .La crèche est le mode de garde plébiscité par les parents.

Le CNDF revendique la multiplication des structures Petite Enfance, privilégie la crèche collective et le multi-accueil intégrant tous les modes de garde. Il exige la création massive de postes, une formation qualifiante, des statuts revalorisés, la mixité pour ces métiers si importants pour les générations futures.

Il faut oser créer, au XXIème siècle, un grand service public de la Petite Enfance comme l’est l’Ecole Maternelle crée au XIX siècle, école que l’on nous envie de par le monde.

Ce qui exige une tout autre politique, à commencer par un véritable budget. Faut-il rappeler le budget de l’Armée : le quatrième sous-marin nucléaire français coûte 90 milliards, sans compter son fonctionnement et ses 14 missiles ?

Les candidat-e-s aux élections ( présidentielles, législatives, cantonales, municipales ) seront invités à se positionner sur ces questions.